Atticus Fich ou la leçon de l’autre à travers l’oisea

Il y a quelques semaines, la ville de Chicago a été le théâtre du dernier discours de Barack Obama en tant que quarante-quatrième président des USA. Dans ce discours, il tient les propos suivants :

« Notre démocratie doit fonctionner comme elle devrait, dans une nation de plus en plus diversifiée. Chacun d’entre-nous doit s’efforcer de suivre les conseils d’un grand personnage de roman, Atticus Finch, qui disait :

Vous ne comprenez vraiment une personne que lorsque vous considérez les choses de son point de vue, que vous vous mettez à sa place, en essayant de se glisser dans sa peau. »

C’est cette histoire que je vous présente aujourd’hui. Ce personnage a été créé par Harper Lee dans un des plus grands succès de la littérature Américaine du XXème siècle. Lauréat du prix Pulitzer, grand roman qui s’intitule Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. C’est l’histoire de Jem et Scout Finch, d’une petite ville d’Alabama au sein de laquelle se déchaînent les tensions raciales. Un langage précis et des mots choisis qui servent des personnages attachant.

Il y a des pans de vie dans ce roman : des enfants qui grandissent, de la sagesse et des injustices aussi.

Une peinture fidèle de l’Amérique dans toutes ses contradictions, à travers les yeux d’une petite fille et de son frère, qui vivent dans leur époque, les années 30, sous les regards sévères et tendres de Calpurnia et d’Atticus, avocat commis d’office pour défendre un jeune homme noir accusé de viol sur une blanche. C’est Scout qui nous fait découvrir à quel point cette période va l’aider à grandir….

Une lecture indispensable pour apprendre à regarder le monde.

© Mélanie Blondel – Tous Droits réservés

Laisser un commentaire

Fermer le menu
error: Content is protected !!
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer