Le Confident d’Hélène Grémillon : une lecture dont on ne sort pas indemne

Le Confident d’Hélène Grémillon : une lecture dont on ne sort pas indemne

Il y a des lectures qui ne laissent pas indifférent ; même si à mon sens, on ne peut jamais être indifférent à ce qu’on lit ! Surtout, il y en a dont on ne sort pas indemne. C’est le cas pour moi avec Le Confident, d’Hélène Grémillon.

À la lecture du résumé, on peut être tenté de se dire : « Encore un secret de famille sur fond de Seconde Guerre mondiale, dans la lignée des Elle s’appelait Sarah… »

Oui, peut-être. Il n’empêche qu’une fois qu’on a commencé à lire ce livre, on a beau comprendre très vite que le sujet est grave, voire violent, on ne peut littéralement pas s’arrêter.

Camille vient de perdre sa mère.

Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d’abord à une erreur mais les lettres continuent d’arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu’elle n’est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme.

De fait, il n’est pas étonnant de constater l’énorme succès de ce premier roman qui a reçu 5 prix littéraires et a été traduit en 27 langues.

Pour ma part, le sujet me touche personnellement et la blessure intime que le livre renferme aurait pu me pousser à le lâcher, mais l’écriture m’en a rendue incapable.

Que serions-nous capables de faire pour vaincre la solitude ? Le suspens psychologique est renforcé par les variations de point de vue qui permettent aux lecteurs de s’identifier, peut-être, voire de haïr tantôt l’un ou tantôt l’autre des personnages.

« Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour ne pas perdre mon mari. Je ne me cherche pas d’excuse, je n’en ai pas. Sachez simplement que j’aimais cet homme plus que tout au monde. »

Il y a une vérité dite de manière très crue qui ressort de ce livre : les femmes qui sont privées de la capacité à procréer devraient également être privées d’instinct maternel, ce serait plus facile. Il y a de ces secrets et de ces vérités qui font mal et qui sont difficiles à assumer.

La vie, la mort, la peur, l’amour, la quête d’identité dans ses multiples violences. Voilà l’essence de ce livre, Dans lequel toute mère, toute femme, d’une manière ou d’une autre, pour une raison particulière, peut se reconnaître.

Ou quand une correspondance bouleverse la vie…

© Mélanie Blondel – Tous droits réservés

Tenté par une autre histoire de famille ? 

Découvrir Les Clefs de Polymnie

Related Post

Laisser une réponse