Les souliers rouges – Chronique


« Qu’il est difficile » ou la chanson de l’absence…

Conte musical dans la plus pure tradition, interprétation en trio – Marc Lavoine : l’auteur, Arthur H : le chorégraphe, Cœur de Pirate : la danseuse – profondeur des textes, délicatesse du sujet et harmonie mélodique, tout y est pour s’envoler dans un rêve, avec pour fil de danse un soulier rouge, comme une pointe attachée au cœur, qui parle d’amour et d’âmes perdues. C’est l’essence même de l’art qui est concentrée ici : poésie en musique sans oublier le ballet au cœur de l’intrigue ; comme si trois muses vivaient une nouvelle aventure dans la modernité et la douceur.

Ou l’art de faire que même la mélancolie peut être belle.

À savourer selon l’humeur, sans modération, pour plonger dans cet univers entêtant et hypnotique. Une vraie réussite.

Mention spéciale pour la chanson finale qui peut parler du conte, mais qui peut parler à tous, de la vie de l’absence, des sentiments… Et n’est-ce pas ce que l’on demande à l’art ?

© Mélanie Blondel – Tous droits réservés

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *