Billet d’humeur – Génération Quoi Épisode 1 5


Comment faire quand on a trop de mots dans la tête ? Je ne sais pas et je me pose des questions, parce que ce soir, comme souvent, j’éprouve le sentiment que dormir est une perte de temps. Trop de films, trop de musique, trop de livres dans les pensées qui font que le monde de l’art me donne envie de m’évader. Peut-être pour combler une espèce de vide, un drôle de sentiment qui m’empêche de me sentir complètement en paix. Je n’ai pas l’habitude de dire « je » et de parler de moi ici, mais ce soir j’avais envie de partager avec vous cette impression après tous les événements qui ont eu lieu la semaine dernière.

J’ignore si beaucoup d’entre vous éprouvent le même sentiment que moi : se dire que le monde change et ne plus avoir l’impression d’en maîtriser les codes. Cela me fait penser à un documentaire qui date d’il y a à peu près un an. Il s’appelait Génération Quoi ? et avait pour principe d’interviewer des jeunes sur ce qu’il pensent du monde, sur différents thèmes, sur les études, la société dans laquelle nous évoluons et la manière dont les classes sociales dans lesquelles nous avons grandi nous enferment dans des codes ou nous permettent au contraire d’en sortir. Je me souviens avoir très souvent eu peur en visionnant ce documentaire parce que je me demandais ce qu’il adviendrait de nous. Dans cette société où les places sont chères, où le travail manque, et où s’intégrer n’est vraiment pas chose facile.

Ce documentaire était basé sur un sondage de grande ampleur qui interrogeait les jeunes de cette génération des 20-36 ans qui pour une fois avait la parole. J’en étais heureuse et j’avais moi-même répondu à ces questions qui étaient variées et divisées en plusieurs thèmes. À l’époque, j’avais utilisé un journal pour noter consciencieusement ces thèmes avec l’idée d’y revenir plus tard quand mon esprit serait prêt et quand, surtout, mes études m’en laisseraient le temps.

Depuis quelques temps l’envie de poursuivre cette expérience littéraire me reprend et j’ai envie de la partager avec vous. Alors je vous donne rendez-vous très vite et j’espère que nous pourrons échanger autour de tout cela, de tout ce qui fait la société dans laquelle nous vivons, de tout ce qui fait notre monde, monde que nous devons prendre à bras le corps.

Mel

Copyrights Mélanie Blondel – Tous droits réservés


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Billet d’humeur – Génération Quoi Épisode 1

  • lamelles

    Oh Mél! Je ne t’avais pas lue depuis longtemps, ça a illuminé ma journée! Je vois des gens qui sont morts dans mes cauchemars la nuit depuis Charlie… Je comprends ton besoin d’écrire, je me suis moi même mis à la sculpture sur bois il y a peu!

    • Mel

      Je te remercie Lamelles 😉 ton petit mot me touche je suis heureuse que mes mots aient pu te faire du bien ! C’est toi qui a illuminé ma journée ! Grâce à toi j’ai l’impression d’être utile et ça me fait du bien. MERCI ! courage et ne perd pas espoir il faut continuer à vivre. Bise

  • Mel

    Mais au fait Lamelles est-ce que tu tiens un blog ou tu lis juste ce qui t’intéresse ? J’ai l’impression d’avoir déjà vu ton adresse mail mais je n’arrive pas à deviner qui se cache derrière ton pseudo ? 🙂

  • marie

    Nous sommes nés au moment OÙ un monde mourait et où s ouvrait un autre. Nous sommes nés alors que l URSS se craquelait , rendant sa liberté aux peuples. Nous sommes nés au moment où l’on rendait sa liberté à Nelson Mandela. On nous promettait une vie dorée à l’image du nouveau siècle qui était à venir. La première année de ce siècle à vu des avions éclater dans une tour et de nouveau visages hurler en flétrissant une religion. L année de notre majorité, une crise économique d une ampleur sans précédent à fait tanguer notre avenir. oui. Mais nous sommes aussi cette génération plus lucide, plus aventureuse aussi que la précédente, nous sommes là première à faire d internet un outil à part entière, dont nous testons les bienfaits et les dérives. Nous sommes celle qui aura vu la France se lever pour rire non à la peur, à l’extrémisme, à l amalgame.
    Notre vie sera d autant plus la notre que nous la forgerons dans l adversité.
    Et je crois que bcp de monde à tort. On dit que nous sommes égoïstes. Je crois au contraire que nous apprenons de plus en plus que nous ne pouvons rien faire seul. Nous réussirons et notre vie sera la nôtre. Ensemble.